Le Rapasutra, le rap dans tous ses ébats

16/11/2010 - 16h38
  • Partager sur :
  • 1
  • La gorge profonde (Eazy E - Nuts On Ya Chin)

     

    "Depuis que tu t'es mise sur ma b***,  je te mets mes c*** jusqu'au menton". Eazy E n'y va pas par quatre chemins, le sexe comme le rap se fait façon hardcore pour le MC de NWA. Gorge profonde, et autres pratiques extrêmes s'épanouissent sur une bite de funk, on vous laisse traduire ces explicit lyrics : "I rip your fuckin face outta a magazine O.G. gangsta Lee now after I shit your face wipes that ass clean now time to get tipsy and don't want a bitch if she can't rub the balls like a gypsy.”

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

  • Le plaisir solitaire (Seth Gueko - Bistouflex)

     

    "Avoue un p'tit coup d'pougnette ça fait du bien aux coucougnettes / Sur mon survêt c'était des taches blanches pas des trous de boulettes / Une p'tite avant les cours, c'est meilleur quand c'est court / C'est pas les meufs c'est les pages Playboy qu'on s'faisait né-tour"

     

    Conseil : "Sors les lingettes /Bistouflex / Le gant de toilette / Bistouflex / La meilleure cachette/ Bistouflex / C'est les toilettes / Te casse pas la tête"

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français- notre interview vidéo avec Seth Gueko

     

  • Le cuni féministe (Lil' Kim - Not Tonight)

     

    "Je ne veux pas de bite ce soiiiir, bouffe plutôt ma chaaatte” Lil Kim n'y va pas avec le dos de la cuillère sur le refrain de "Not Tonight". Figurant sur Hard Core, le bien-nommé premier album de Lil Kim sorti en 1997, ce brûlot féministe va cartonner sous la forme d'un remix plus disco avec Missy Elliott et Lisa "Left Eye" Lopez en featuring... Mais sans le refrain explicite. "Il y avait un truc que je ne supportais pas chez le mec (...) quelque chose que je voulais, mais je n'ai pas été satisfaite, l'enculé ne m'a jamais bouffé la chatte". Morale de l'histoire :"Pas de léchouille, pas de trempette” Un peu de courtoisie les gars, merde.

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

  • Le stade anal (Aelpéacha – Y a pas qu'la chatte)

     

    "Comme Bigard je vais mettre le paquet dans un endroit qui peut glisser comme du parquet" rappe Salibe en featuring sur ce morceau classé X. Proche de Thomas N'Gijol et Fabrice Eboué (à l'époque où le comique chevelu rappait sous le pseudo Mr Faf) Aelpéacha n'a pas la langue dans sa poche, comme ses idoles West Coast, Dr Dre, Kurupt et Warren G.. Son humour se situe principalement en dessous du hoodie : "Y a pas qu'la chatte pas qu'la chatte pas qu'la chatte, y aussi ton cul, saloooope", dit le refrain de cette chanson du « Val de Marne rider » louant les vertus de l'amour anal. Tous en coeur : "Choubidoubidouchaaatte... "

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

  • La fellation (Lil Wayne – Lollipop)

     

    Galant homme quand il est dans le club à Vegas, Lil Wayne offre d'abord une gâterie à ses biatches ("Ma bouche dans sa chatte, je n'ai plus de mots / Alors je lui dis secoue toi jusqu'a faire burp burp") avant son tour : "Elle me suce comme si c'était une sucette". Hymne à la fellation, "Lollipop" ne méprise pas pour autant les variantes buccales, comme le 69 : "Je l'envoie au top, elle secoue son cul comme s'il était chaud / Et quand je suis au fond, elle bouge encore plus / Au milieu du lit nous pouvons tous faire le soixante-neuf".

     

    Voir aussi :- en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

    - Lil Wayne est un gâteau

  • 69, la balle au centre (Akinyele - Put In Your Mouth)

     

    "You wanna go down why not / I be like Herbie and han you a cock” dit le garçon, un rappeur du Queens épris de jazz du nom d'Akinyele. Cette offrande virile ne tarde pas à trouver un écho féminin, quand la fille (Crystal Johnson), en verve et pas en reste, lui répond : "Now you can lick it, you can sip it, you can taste it / I'm talkin every drip-drop, don't you waste it / baby, slurp it up, its enough to fill your cup / its finger lickin good / and I'm wishin it would / go down kinda slow or even fast / I'm always sprung once I feel your tongue / In the crack of my ass, just eatin me-nigga / goin out like that boy you pack such a tasty treat". Où il est question, vous l'aurez saisi, de "langue", de "slurp", d'aller "plus ou moins vite", de se faire "manger" et de "plaisir délicieux". L'égalité des sexes, en somme.

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

  • La levrette californienne (Snoop Dogg – Bathtub)

     

    Attention au chien ! Dès son premier album à la couv' explicite, Snoop Dogg affiche la couleur: son truc à lui, c'est le doggystyle, mec, la levrette des real gangtsas. "Bathtub", le skit d'intro, met en scène le rappeur avec sa dernière conquête, sous la douche : 

     

    « - Tu veux que je te la mette où ?-          Par ici, ooh.-          Tourne toi. » 

     

    La légende canine de la West Coast a pris position. Mais, ivre de sa nouvelle direction, il est bien vite dérangé par ses potes qui lui ont ramené de l'herbe made in Compton - son autre pêché mignon.

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

    En vidéo : Sexion d'Assaut fait danser et rapper Snoop Dogg

     

  • Le gang bang du gentleman (Booba – Baby)

     

    "Chez nous y'a pas d'tournantes qui mènent à Fleury / Chérie ni pute ni soumise tu chipotes pas quand j'te tripote". Macho et dégradant ? Totalement, mais attention, Booba s'excuse ensuite auprès de ses dames, et, en bon Duc de Boulogne qu'il est, il partage avec son pote : "Si t'es offensée baby / On s'excuse bah oui / Poulette ton boul c'est d'la boulette / J't'aime tant Baby, v'nez toutes en même temps / à la suite à la file gentlemen du ghetto moi et mon khro Nessbeal. » Booba, une bite avec une plume.

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

    - Booba et son chat

     

  • La léchouille du globe-trotter (Ludacris – What's Your Fantasy)

     

    Galant homme du hip hop sudiste, Ludacris ne ménage pas ses efforts pour honorer les fantasmes de ses dames (à moins que ce ne soient les siens), qu'il veut lécher "de la tête aux pieds", et partout, de préférence ailleurs que sur une banale literie : à même la moquette par exemple, ou encore dans les backstage de son concert, les toilettes publiques, à l'arrière de sa Benz, à la plage, sous la pluie, au fond d'une salle de cinéma, dans un jacuzzi, sur un bateau, dans une confiserie. Quelle imagination...

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

    Par Eric Vernay

     

  • Le zoom zoom zang (NTM - Ma Benz)

     

    A tous ceux qui n'ont jamais compris ce que Lord Kossity barragouinait dans sa barbe à ragga sur le tube de NTM, voici l'explication : "Laisse-moi zoom zoom zang / Dans ta Benz Benz Benz / Gal' quand tu pointes ton bumpa / Ca m'rend dingue dingue dingue". Par "zoom zoom zang", Lord Ko semble vouloir désigner l'acte sexuel classique hétéro, le "bumpa" évoque un arrière-train rebondi, quant à "Ma Benz", c'est son véhicule. Il en faut finalement assez peu pour faire bander les bandits.

     

    Voir aussi : - en images : Les tatouages de musiciens - Retour sur Les polémiques du hip hop français

     

    - notre interview vidéo avec NTM - Katerine révise ''Ma Benz'' de NTM, la reprise insolite- Clip : Ma Benz, par les Brigitte Sisters

     

Le sexe est sur le podium des trois passages obligés de tout rappeur qui se respecte avec la rue et la violence. Mais alors, qu'est-ce qui fait bander les bandits à bandana ? Tous des machos ? Et les rappeuses alors, qu'ont-elles dans le booty ? Quels sont leurs fantasmes de gangstas ? De Snoop Dogg à Booba en passant par Lil' Kim ou Seth Gueko, Fluctuat vous propose d'entrer dans l'imaginaire coquinou du hip hop : textes pénétrants, salves baveuses, flows huileux, punchlines en dessous de la ceinture et prises de position acrobatiques, voici notre "Rapasutra" – le kama sutra du rap, gros.

COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
nouvel artiste je l'ai découvert sur youtube par hasard me demander pas d'ou il vient je dais juste qu'il est aussi beatmaker http://www.youtube.com/watch?v=SmHFB37nB0k
  • 0
  • 0
Anonyme | le 02/09/2012 à 16h44 | Signaler un abus
Votre réponse...
Ils ont aimé