Les meilleurs clips de Ninja Tune

12/07/2010 - 11h15
  • Partager sur :
  • 0
  • Coldcut & Hexstatic - Timber (1997)

     

    Il y a 20 ans, le duo Coldcut créait Ninja Tune... il est donc naturel d'ouvrir cette rétrospective par un titre emblématique de leur engagement artistique et politique.Le duo, formé de Jonathan More et Math Black, publie en 1997 un album culte, , composé d'un CD et d'un CDRom (le DVD n'existait pas !), avec un large espace consacré à l'interactivité et l'intégralité de l'album en clip. De cette initiative, révolutionnaire à l'époque, nous retiendrons "Timber". D'abord pour l'engagement écolo du groupe, qui mêle électro underground avec un message pessimiste sur l'industrialisation et ici la déforestation (les images sont fournies par Greenpeace, et rappelons que "Timber" signale la chute de l'arbre coupé), et d'autre part pour le recours à un véritable collage audiovisuel, où les samples sont à la fois sonores et visuels ! La démarche est totale, puisque les clips sont disponibles et destinés à être littéralement RECYCLÉS par d'autres vidéastes... l'ère du VJing est lancé !!

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label 

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • Mr Scruff – Get a Move On (1999)

     

    L'obscur compositeur aveugle Moondog, vénéré par une poignée de musicophages (Sonic Youth en tête) pouvait-il supposer qu'un sample de l'une de ses symphonies de poche devienne un gimmick dancefloor imparable ? Avec "Get Your Move On", l'écurie Ninja Tune s'impose durablement sur le dancefloor en proposant une alternative colorée, jazzy et funk, à la froide techno british. Avec le recul, on est là complètement en phase avec la mouvance du son dansant et smooth qui a fait la gloire de la french touch (Stardust, Modjo...) au tournant du millénaire. Sur le plan visuel, Mr Scruff ouvre la voie à l'animation, la peuple d'improbable messieurs Patate plein d'entrain. Cette série de vignettes psychédéliques, comme assemblées par un monteur extasié, procurent du bonheur à l'état brut, sans érudition. 

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label  

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • Kid Koala – Fender Bender (2000)

     

    Kid Koala, c'est ce petit génie de Vancouver découvert par Jonathan More de Coldcut à 21 ans, et vite propulsé meilleur DJ du monde par ses pairs. Au-delà d'un titre revendiqué par la moitié des DJ de la planète et finalement sans grand intérêt, Kid Koala se distingue dans la recherche d'un son porté sur l'humour, la dérision et le fun plutôt que la prouesse technique. Lorsqu'il ne participe pas aux projets fous de Dan The Automator, Kid Koala compose des disques diseurs de bonne aventure, où la matière hachée, triturée, carambolée, invite au conte plutôt qu'à au remuage de popotin. Dans , il invente un univers en décalage complet, où l'on scratche les cris de poulets et l'on rend les trompettes ivres. La video de "Fender Bender", si elle évoque un grand nombre d'éléments visuels et structurels de "Get Your Move On", se distingue par une posture moins hédoniste. Toute en mickey mousing, elle relate une rencontre sans queue ni tête, un aïku audiovisuel que l'on pourrait retranscrire ainsi :

     

    2 hommes se télescopent, vitupèrentse brise le bien du plus âgé,qui en est tout attristé.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label  

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • The Herbaliser – Something Wicked This Way Come (2002)

     

    Le hip hop est l'un des piliers fondamentaux du son Ninja Tune, et The Herbaliser son fer de lance. Jamie et Ollie Teeba, duo de DJ s'entoure très vite d'une section rythmique, de cuivres et d'excellents featuring - The The, aka Jean Grae, fait tourner les têtes dès .

     

    Sur , leur album le plus capiteux, funky, 70's et travaillé à ce jour, ils invitent Seaming To, chanteuse de Homelife pour une performance vocale décoiffante. Malheureusement, le clip n'est pas à la hauteur et oscille fréquemment entre animation approximative et ambiances mieux maîtrisées. On y voit un Gotham City violet envahi par une végétation qui prolifère de façon inquiétante comme dans tous les blockbusters U.S. avec super heros inside ; on y trouve la future charte visuelle d'Europe Écologie à 1'54 ; l'ensemble finit dans des champs de maïs géants où un sound system fait danser une foule quasi anonyme, sur une musique pourtant assez peu adaptée à l'exercice. Bref une réalisation qui manque un peu de finesse dans son association avec la musique, mais qui rend toutefois hommage à la culture hip hop du label au Ninja.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label  

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • The Cinematic Orchestra – All that You Give (2002)

     

    Sur Everyday, The Cinematic Orchestra développe une grammaire unique dans le paysage des musiques électroniques comme du jazz : ample et rêveuse, capiteuse et classieuse, évitant d'obscures digressions intellectuelles sans renier sa grammaire jazzistique. Les interventions au micro sont époustouflantes, que ce soit la diva soul Fontella Bass ou le rappeur Roots Manuva. Le clip met en musique le premier morceau "All That You Give", entre vagues de harpe à la Coltrane, profondes notes de contrebasse et une magnifique prestation de feu Fontella. Une photographie tout en clair obscur, l'ambiance feutrée d'un club asiatique, belle comme un film de Wong Kar-Wai.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • TTC – Pauvres Riches (2003)

     

    Il y avait une époque où la pose de TTC n'énervait pas, où les compromissions avec Lio étaient inenvisageables, où le verbe acéré pouvait s'écrire en grand, en mouvement, en noir et blanc dans ce superbe clip. Cette époque, c'est celle, bénie, du premier album, le surréaliste , pétri de tubes en puissance dont ce "Pauvres Riches". L'instru magique de Dj Vadim (éminence fondamentale de Ninja Tune), tout en syncope et clarinette basse, pilote un clip graphique, classique mais non moins sublime. Les 3 MC, alors les plus drôles et incisifs de leur génération, prenaient à contre-pied le rap français pour s'imposer dans le hip hop mondial ; nous décernions une mention spéciale à Teki Latex, qui sortait son meilleur couplet de sa voix de fausset et que l'on adorait faire découvrir à nos potes, caillera ou pas. Il y a pourtant une forme d'ironie amère à revoir ce clip, prisé à l'époque pour son second degré incisif, mais qui aujourd'hui ne s'applique que trop justement aux petits bourgeois de TTC. 

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • Homelife – Flying Wonders (2003)

    La richesse d'un label se mesure souvent à ses artistes moins connus mais non moins remarquables. "Flying Wonders" de Homelife fait partie de ses albums un peu bizarroïdes auxquels nous sommes fiers, finalement, d'avoir laisser le temps de se développer et que nous redécouvrons d'années en années avec un plaisir toujours différent.

    Dans sa musique, Homelife distille un sentiment aigre-doux, une pointe de merveille malicieuse quelque part entre pop 60's, musique de chambre ou expérimentale, le tout baigné dans une indolence toute sud-américaine. Difficiles à saisir d'une oreille distraite, leurs compositions auraient pu se voir attribuer des traitements visuels les plus divers sans que cela ne gâche leur musicalité. Aussi, la cosmogonie un brin cruelle de "Flying Wonders" se déguste sans retenue. On y trouvera pêle-mêle un pincée de De Crécy (le réalisateur de clip), une relecture des Les Temps modernes, ou encore des clins d'oeils ironiques aux composantes marquantes de notre époque : la folie du corps et du sport à outrance, l'industrie de la pornographie ou encore la consommation de kebabs. L'animation, fun et grinçante à souhait, ne se décrit pas : elle se regarde.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

  • Amon Tobin – Proper Hoodidge (2004)

     

     Impossible de ne pas citer Amon Tobin dans cette rétrospective ! Star sans fard du Ninja, le Brésilien creuse un sillon musical original - et maintes fois mal copié - entre jazz et sombres expérimentations électroniques. Mis à part quelques précieuses éclaircies qui ne durent jamais plus d'un morceau, la discographie d'Amon Tobin ne pousse pas à la gaudriole mais plutôt à l'introspection maladive.

     

    Clip malsain mais sans véritable débordement, "Proper hodridge" évolue en spirale, tout en images escamotées. On y joue avec les codes domestiques, la représentation de la femme, de la famille, on jongle dangereusement entre clichés lourds de sens (certains lourdingues) et pulsions meurtrières. Parfois étrangère, spectatrice désinvolte, ou ambiance violemment présente, la musique planante de Tobin n'apporte pas de commentaires mais souligne l'aspect mortifère d'une vidéo que Cunningham n'aurait pas renier.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • Roots Manuva – Buff Nuff (2009)

     

    On a beau adorer le rappeur londonien, on a beau vénérer l'ensemble de sa discographie comme ses featurings nombreux (Gorillaz, The Cinematic Orchestra[people_restrictif]...), au final, aucun clip de Roots Manuva ne dépasse la bête jouissance de "Buff Nuff". Ni le pastiche barry Lindon de "Too Cold", ni l'amateurisme de "Witness (One Hope)" que l'on laisse volontiers à [people_restrictif]Speech Debelle (diapo suivante !) n'arrivent à la cheville galbée de ce "Buff Nuff", niais et baveux, érotique comme une limace sur baleine échouée, NSFW cela va sans dire, et d'une bêtise tellement positive. Les enfants, qui veut de la glace ? 

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

  • Speech Debelle – The Key (2009)

     

    Si on aime beaucoup Speech Debelle à Fluctuat, il faut bien reconnaître que les videos de ses tubes sont nettement moins spectaculaires. Pourtant, la réalisation de "The Key", sans emphase technique, sobre et tranchante à l'instar du flow de l'Anglaise possède un je-ne-sais-quoi charmant. Très "do it yourself", la video montre une journée so british, so Speech Debelle qu'on la vit presque comme un documentaire, une tranche de vie ordinaire d'une rappeuse qui, mine de rien, renouvelle avec pertinence le genre. 

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- notre interview avec Speech Debelle - l'histoire du label Ninja Tune - les meilleurs clips du label Warp

     

  • Fink – This Is The Thing (2007)

     

    Si l'arrivée dans le folk de Ninja Tune est complètement réussi avec un Fink tout en retenu, le clip pour supporter son second opus (mais premier dans cette veine néo folk) est à la fois magique et plutôt emmerdant. Euh pardon, hypnotique, envoûtant, et ne se révèle pas du premier coup.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- notre interview avec Fink- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

     

     

  • Funky Porcini – Atomic Kitchen (2002)

     

    Pour finir cette sélection forcément incomplète, voici, en forme de cerise sur le gâteau, le clip envoûtant d'Atomic Kitchen. Plus poétique que le sac plastique d'American Beauty.

     

    Réserver vos places pour les concerts Ninja Tune à l'occasion des 20 ans du label

     

    Voir aussi :- l'histoire du label Ninja Tune- les meilleurs clips du label Warp

     

Label hédoniste par excellence, qui cultive un décalage positif au sein de la musique électronique, label fédérateur de l'énergie du hip hop, des cultures underground mais dans un sens positif, Ninja Tune s'est rapidement imposé comme le trublion nécessaire à l'univers glacial mais non moins fascinant de son compatriote Warp. Très orienté hip hop, jazz, trip hop, ou big beat dans ses débuts, Ninja Tune s'est apaisé et diversifié au tournant du siècle, s'attachant au songwriting (Fink, The Cinematic Orchestra) et à l'ambiant (Funki Porcini)… tout en développant son excitante division hip hop Big Dada – TTC, Roots Manuva, cLOUDDEAD, et tout dernièrement Speech Debelle.Certes, le clip n'est pas l'élément esthétique de base du label – on pense plutôt aux graphisme très street des pochettes, et cette sélection laissera sur le carreau un grand nombre de contributeurs géniaux côté DJ (DJ Food, DJ Vadim, Blockhead, Infesticons/Majesticons), côté ambiant (Néotropic, Animals On Wheels, Bonobo, Wagon Christ, Fog) et côté pop (Fink). Néanmoins, il y a un réel plaisir à re-regarder ces vidéos, parmi les plus fraîches et stylées des vingt dernières années.

COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Ils ont aimé