Free Guy
Disney

Dans Free Guy de Shawn Levy, Ryan Reynolds incarne un personnage secondaire d’un jeu vidéo entre GTA et Fortnite, qui réalise un jour sa condition de pantin. Rencontre avec un acteur pas tout seul dans sa tête.

D’après les premières images qui m'ont été montrées, Free Guy semble très « Ryan Reynolds compatible », si vous voyez ce que je veux dire.
Je vois très bien. (Rires.)

Ce qui m’amène à cette question : qu’est-ce qu’un film de Ryan Reynolds ?
Wow, alors là, je serais bien incapable de le définir. Bon, je vais tenter quand même : je suis beaucoup dans l’ironie et l’autodérision, c’est peut-être ça mon, euh... « style »? Et ça influe sûrement sur les films dans les quels je joue. Hum, pas très convaincant comme réponse, non ?

Disons-le autrement alors : est-ce qu’un film devient un objet « reynoldsien » à la seconde où vous acceptez de jouer dedans ?
Ah ! Peut-être, ouais. Pourtant, ce n’est pas quelque chose de conscient. Comme tout artiste, je suis capable de prendre un certain nombre de directions créatives en fonction du projet et de ce avec quoi je me sens à l’aise. Mais que je choisisse de bifurquer ou de rester parfaitement aligné avec mon idée de départ, je vais toujours finir par me retrouver plus ou moins au même endroit. Quoi que je fasse, je suis un grand gamin et je ne pourrai jamais vraiment m’en éloigner. (Rires.)

À quel moment avez-vous décidé de vous moquer de vous-même et d’inventer cette persona très ironique, que vous utilisez aussi en dehors de vos films ? Après le bide de Green Lantern ?
Ouais, à peu près à ce moment-là. À la suite de Green Lantern [de Martin Campbell], je crois que j’ai compris que je prenais plus de plaisir et que je me sentais créativement plus satisfait quand je me moquais de moi-même. Comme une majorité de Canadiens, j’ai grandi en apprenant à être capable de rire de mes failles et de mes défauts, de m’amuser de mon ego et de mon arrogance. Après un certain nombre d’années passées à Hollywood, j’ai décidé de revenir à ces racines, parce que j’avais besoin de me raccrocher à une forme d’authenticité.

C’était une façon de vous protéger du système, de prendre un peu de recul ?
Aussi. Mais ça touche en même temps à autre chose. Mes monologues intérieurs vont à fond la caisse et la plupart du temps, c’est pour me tourner en ridicule. Je vais me coucher le soir et je repense à ma journée : « Mon Dieu, mais pourquoi j’ai dit ça ? Pourquoi je me suis comporté ainsi ? » J’ai du matos pour un bon moment ! Alors pourquoi ne pas utiliser ça comme un ingrédient afin de construire un personnage quand je joue dans un film, ou une persona quand ça m’amuse ? C’est un processus interne très enrichissant.

Donc ce « double » de Ryan Reynolds est plus qu’une blague, c’est aussi un espace de création ?
Vous savez – et c’est particulièrement vrai dans le monde du marketing –, peu de gens sont capables de mettre la lumière sur leurs propres écueils. Les carrières ont des hauts et des bas, mais rares sont les acteurs qui reconnaissent que certains de leurs films étaient mauvais. Même si ce n’était pas forcément de leur faute et qu’il y a mille raisons pour lesquelles un film peut se planter : tout est toujours super à les écouter ! Je crois que je vais plus loin que l’autodérision en fait, dans le sens où je me moque de ma propre contribution à un échec. Dans Deadpool, j’ai critiqué Green Lantern à travers une vanne. Et ça m’a fait un bien fou. J’ai pris à bras-le-corps une énergie négative, un truc qui aurait dû me tirer vers le bas, et je l’ai renversée en lui faisant une sorte de prise de judo. Ça m’a permis d’en tirer quelque chose de positif.


Dans Free Guy, le personnage de Taika Waititi dit ce truc qui m’a fait rire : « Les franchises et les suites, c’est ça que les gens aiment. »
(Il sourit.) On peut dire que dans le film, Taika représente à peu près tous les studios avec qui Shawn Levy et moi avons pu échanger durant nos carrières respectives. C’est évidemment une pique et on s’amuse avec le fait que Free Guy n’est pas une adaptation. C’est ce truc qu’on appelle « un nouveau film ». (Rires.)

C’est toujours aussi dur de signer un film avec une idée originale? 
Disons que ça ne s’est pas simplifié quand il s’agit d’un long métrage qui a besoin d’un certain budget pour exister. En tout cas, je ne crois pas que Free Guy a été greenlighté parce que le studio cherchait désespérément une idée neuve. Il l’a été parce que c’est un film imaginé pour faire plaisir au spectateur, un pur concentré de joie. Le genre de chose dont on manque cruellement en ce moment dans notre arsenal de divertissement... Les gens du studio l’ont remarqué et ils savaient que Shawn et moi voulions travailler ensemble depuis des années. Ils ont senti que notre collaboration allait être fructueuse. Et puis, je n’ai jamais rien lâché avec eux.


Dans Free Guy, vous jouez un type qui n’est pas conscient d’être un personnage de jeu vidéo, et dont la vie est programmée à la minute près. Une coquille vide, ça s’incarne comment ?
Calmons-nous, ce n’est pas non plus comme si je jouais un peintre français impressionniste du XIXe siècle ! J’estime que mon boulot, c’est de rentrer dans la peau du personnage et de ressentir ce qu’il a à me dire. Mais sur le moment, une fois arrivé sur le plateau. Avec le temps, je me suis rendu compte que si je me prépare trop, si je prends trop de décisions à l’avance sans en discuter avec un partenaire créatif comme Shawn, ça ne sert pas forcément le film.

Il y a donc une part d’improvisation ?
Oui, il faut être à l’écoute du film. Et puis, plus j’évolue en tant qu’acteur, plus je me fiche de savoir si j’ai raison ou tort. Je m’intéresse plus à la santé du film et de son écosystème. Comment faire le meilleur film possible avec les cartes qu’on a en main ? C’est ça, la seule question qui compte. Et les meilleurs films de ma carrière sont ceux où j’ai réussi à rebondir sur des situations. Ça veut dire parfois prendre du recul, parfois s’imposer. Mais ne surtout pas arriver avec une idée préconçue du personnage ou du film, particulièrement sur un projet high concept comme Free Guy. Après, ça t’oblige à faire des choix décisifs très rapidement. Et tu n’as plus qu’à espérer ne pas t’être planté.

Free Guy, de Shawn Levy, avec Ryan Reynolds, Jodie Comer, Joe Keery... Au cinéma le 11 août.