Sean Young descend Ridley Scott et son caméo dans Blade Runner 2049
Sony Pictures

"C'était merdique, hein ? Et je ne pouvais rien y faire..."

Sean Young a accordé une longue interview au Daily Best. Intitulé "Comment survivre aux hommes toxiques à Hollywood", l'article donne la parole à la star de Blade Runner, Dune et Ace Ventura, qui n'a pas la langue dans sa poche ! A 61 ans, elle évoque ses mauvaises expériences avec James Woods, Harvey Weinstein ou Charlie Sheen, mais aussi avec le réalisateur Ridley Scott. Quand le journaliste évoque la scène de sexe du film de SF avec Harrison Ford, qu'il qualifie d'"incroyablement agressive et difficile à regarder, car elle commence comme une agression (il vous pousse, bloque la porte et vous embrasse pendant qu'un air de saxophone commence à être joué)", la comédienne répond : ''Pour être honnête, Ridley voulait que je sorte avec lui. Il a essayé dur au début du projet pour que j'accepte un rendez-vous, mais je ne voulais pas. Nan. Puis il a été en couple avec l'actrice qui jouait Zhora, Joanna Cassidy, alors j'étais soulagée. Mais quand on a tourné cette scène, l'idée venait de Ridley, je crois que c'était sa manière de me dire : 'Va te faire f***' Je me demandais : 'Pourquoi ça doit se passer comme ça ? Quel est le but ?', et je pense que c'était sa manière pas très subtile de répondre à mon refus. J'ai l'impression qu'il l'a mal pris, il ne m'a plus jamais engagée, c'est bizarre. C'est quoi le problème, p*** ? Tu embauches Russell Crowe un milliard de fois, mais moi, tu ne me rappelles pas ? Pourtant, j'ai toujours été très sympa envers Ridley au fil des années. Je n'ai jamais mal parlé de lui. Je ne l'avais pas compris sur le moment, mais je crois que je l'ai blessé."

 

Sean Young : mais qu'est devenue la star de Blade Runner ?

L'interview bifurque alors sur le retour de son personnage, Rachel, en hologramme dans la suite, Blade Runner 2049, qui a été réalisée par Denis Villeneuve, mais qui a bien été chapeautée et produite par Scott. "C'était merdique, hein ?", s'exclame-t-elle. "Et je ne pouvais rien y faire. Il était clair que le public serait déçu que je ne sois pas de la partie, mais ils ne voulaient pas que je parle publiquement de mon expérience sur Blade Runner, donc il m'ont donné de l'argent, fait signer un contrat pour que je garde le secret et offert ces 30 secondes d'écran. Et je leur ai dit : 'Très bien.' Ils ont engagé mon fils Quinn au département des effets spéciaux, et je leur ai répondu que tout était pardonné. Il est très talentueux."

Bande-annonce de Blade Runner :

Comment l'incroyable caméo de Blade Runner 2049 a été réalisé