Shailene Woodley est d'une crédibilité époustouflante dans A la dérive [critique]
Metropolitan FilmExport

Ce "survival" également porté par Sam Claflin arrive à la télévision.

C8 diffusera ce soir, pour la première fois en clair, A la dérive, de Baltasar Kormákur, sorti durant l'été 2018 au cinéma. Un "survival" bien plus réussi qu'Everest, tourné quelques années plus tôt. Le film vaut notamment pour son casting, son actrice principale Shailene Woodley (Divergente) étant particulièrement bluffante à l'écran.

Voici la critique de Première : L'islandais Baltasar Kormákur a prouvé son efficacité avec quelques thrillers hollywoodiens relaxants (Contrebande, 2 Guns, Everest). Le voilà embarqué dans une histoire (vraie) de naufrage où le couple Shailene Woodley et Sam Claflin se retrouvent perdus en plein Pacifique, à la merci de la famine et de la noyade. Aventure et romance sont dans un bateau : A la dérive coche toutes les cases du survival aquatique, mais avec beaucoup de métier (Kormakur avait déjà exploré le genre dans Survivre) et une belle idée de montage alterné (jusqu'à un twist final joliment déceptif) qui relance l'intérêt du film dans les temps morts. Shailene Woodley, également productrice du métrage et présente à chaque image, affronte avec une crédibilité époustouflante les nombreuses épreuves du film.

Bande-annonce :

7 choses à savoir sur Shailene Woodley, la star de Divergente