Mare of Easttown Kate Winslet
HBO

Autant le concept du flic de patelin tourmenté n'est guère nouveau, autant la performance de l'actrice britannique, conjuguée à une écriture saisissante, font de cette mini-série un brillant drama criminel.

Vous aurez bien du mal à reconnaître Rose DeWitt Bukater dans Mare Sheehan ! Kate Winslet a fait pas mal de chemin depuis Titanic et à 45 ans, l'actrice britannique est du genre à aimer les défis. Ces rôles de composition absolus, qui demandent un maximum d'investissement, pour ne pas dire un dévouement total à la cause de son art. Comme lorsqu'elle a passé 7 minutes sous l'eau, en apnée, pour Avatar 2. Pas besoin de se la jouer Jacques Mayol pour Mare of Easttown, même s'il est vrai que la la toute nouvelle série criminelle de HBO qui commence dimanche (à voir en France en US+ 24 sur OCS dès le 19 avril) est une plongée asphyxiante dans la vie d'un patelin de la banlieue de Philadelphie.



Easttown est une bourgade d'à peine 10 000 âmes, située sur la côte est américaine, sans puissance économique ni diversité culturelle particulière. Une petite ville banale de Pennsylvanie, traumatisée par le disparition d'une fillette, un an plus tôt. Une affaire que la détective du coin, l'inspectrice Mare Sheehan, n'a pas su élucider. Divorcée, mal dans sa vie et empêtrée dans une situation familiale chaotique, la policière se retrouve tout à coup face à un nouveau crime sordide : le meurtre brutal d'une gamine de 17 ans, mère adolescente...

Kate Winslet a mis les mains dans le cambouis pour ce rôle plus vrai que nature. L'anglaise de Reading, élevée dans le Berkshire, a dû se muer en Pennsylvanienne pur jus. Car Mare of Easttown est une série naturaliste, tournée dans la véritable région d'Easttown, et écrite par un local (Brad Ingelsby, auteur des 7 épisodes). Un drama qui dépeint une communauté américaine, les relations qui se nouent au fil des années, les dramas qui s'installent. Mare Sheehan vit au quotidien avec cet atout et cette malédiction de connaître tous ses voisins, tous les administrés de la ville, qu'elle croise encore et toujours sur la route de ses enquêtes.

Un personnage que Kate Winslet a particulièrement travaillé en amont, passant du temps à maîtriser l'accent rural de Pennsylvanie, "un accent qui m'a rendu complètement dingue honnêtement, parce qu'il contient des degrés divers", nous confiait récemment l'actrice, qui s'est aussi mêlée pendant plusieurs mois au département de police de la ville : "J'ai pu passer du temps au sein du vrai commissariat du coin. J'ai pu suivre cette femme, sergente de police, une enquêtrice, qui a été incroyable avec moi. Très solidaire".

Mare of Easttown kate winslet
HBO

Le résultat est à la hauteur de l'effort. Avec Mare of Easttown, Kate Winslet livre une masterclass, insaisissable flic blessée, tour à tour déprimée, drôle, féroce et exaspérante. Sans aucun doute, elle avance déjà comme une incontournable favorite de la prochaine saison des prix. 

Il faut dire que Craig Zobel - le réalisateur du très polémique The Hunt l'an dernier - qui a dirigé toute la série, plante si intensément son décor tentaculaire que sa star a toute la place nécessaire pour laisser libre cours à son talent. Le drama humain d'Easttown, boosté par des seconds rôles parfaits (Julianne Nicholson, Evan Peters, Jean Smart ou Guy Pearce), prend vite le dessus sur l'affaire criminelle en elle-même (qui est le tueur ?). La ville s'avère être un personnage à part entière, au moins aussi passionnant que l'enquête.

Car Mare of Easttown ne réinvente pas le genre déjà bien éculé des flics tourmentés, noyés dans une affaire sordide (on pense tour à tour à True Detective à Broadchurch ou à Top of the Lake). La série effleure tous les clichés du concept, mais parvient à le transcender. Parce qu'au bout du compte toute la force de la série est annoncée dans le titre : Mare et Easttown !