Watchmen : le discours engagé de Damon Lindelof
capture ABC

Le scénariste a tenu à dédier son prix aux victimes du massacre de Tulsa, élément essentiel de son histoire.

En battant Little Fires Everywhere, Mrs America, Unbelievable et Unorthodox, Watchmen est devenue la première série adaptée de comics à remporter un trophée majeur aux Emmy Awards. Variation en 9 épisodes du classique de David Gibbons et Alan Moore, Watchmen avait déjà fait fort avec 26 nominations. Elle repart de cette 72e édition avec 11 statuettes sous le bras, dont celle de Meilleure Série Limitée.

En acceptant ce prix, le showrunner Damon Lindelof a offert un beau discours engagé, dans le contexte de tension raciale qui secoue l'Amérique depuis des mois : "Je savais que cette histoire que je racontais n'était pas la mienne. La seule raison pour laquelle je suis ici et maintenant, c'est grâce aux gens qui se tiennent à mes côtés, ces gens qui ont raconté leurs histoires."


De manière touchante, il a ensuite confié : "L'histoire est un mystère. Elle est brisée en un million de pièces de puzzle, et il en manque beaucoup. Nous savons où se trouvent ces pièces, mais nous ne les recherchons pas parce que nous savons que les trouver nous ferait mal. Parfois, nous causons cette blessure, peut-être en avons nous bénéficié même, mais nous devons avant tout en parler avant d'essayer de la réparer. Soyez prudent, soyez maladroit. Soyez un éléphant dans une boutique de porcelaine, mais ramassez ce que vous avez cassé et recollez-le. Ne vous arrêtez pas avant que ce soit parfait. Affirmez ce n'est jamais bien. Faites dissidence. Soyez cohérent et embrassez le paradoxe. Ne vous contredisez jamais. Et enfin, arrêtez de vous inquiéter d'être annulé et demandez-vous plutôt ce que vous pourriez faire pour être renouvelé."

Lindelof a ensuite dédié la victoire de Watchmen aux victimes du massacre racial de Tulsa en 1921, dans l'Oklahoma, organisé par des suprémacistes blancs et a qui fait 45 morts. Un événément tragique qui informe en grande partie les événements de la série : "Les incendies qui ont détruit Black Wall Street brûlent encore aujourd'hui. La seule façon de les éteindre est de les combattre tous ensemble. Que Dieu vous bénisse, restez en sécurité, je vais vomir", a conclu le scénariste.