Titre original Ana Arabia
Date de sortie 6 août 2014
Réalisé par Amos Gitai
Avec Yuval Scharf , Yussuf Abu-Warda , Sarah Adler
Scénariste(s) Amos Gitai, Marie-José Sanselme
Distributeur Océans Films
Année de production 2014
Pays de production IL
Genre Drame

Synopsis

Filmé en un seul plan-séquence en mouvement, Ana Arabia capte un moment de la vie d’une petite communauté de réprouvés, juifs et arabes, qui cohabitent dans une enclave oubliée à la frontière entre Jaffa et Bat Yam, en Israël. Un jour, Yael, une jeune journaliste, leur rend visite. Dans leurs abris délabrés, dans un verger rempli de citronniers et entouré de HLM, elle découvre une galerie de personnages aussi éloignés que possible des clichés habituels sur la région. Yael croit avoir découvert une mine d’or. Elle en oublie son travail. Les visages et les mots de Youssef et Miriam, Sarah et Walid, de leurs voisins et amis, lui parlent également de sa propre vie, de ses rêves, ses espoirs, ses histoires d’amour, ses désirs et désillusions. Leur rapport au temps est différent de celui de la ville qui les entoure. Dans ce lieu bricolé et fragile, la coexistence est possible. Une métaphore universelle.

Offres VOD de Ana Arabia

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Ana Arabia

Photos de Ana Arabia

DR
DR
Océan Films / Agav Films / Agav Hafakot / Hamon Hafakot
Océan Films / Agav Films / Agav Hafakot / Hamon Hafakot
Océan Films / Agav Films / Agav Hafakot / Hamon Hafakot
Océan Films / Agav Films / Agav Hafakot / Hamon Hafakot
Océan Films / Agav Films / Agav Hafakot / Hamon Hafakot

Ana Arabia

Ana Arabia

Ana Arabia

Ana Arabia

Ana Arabia

Ana Arabia

Ana Arabia

Critiques de Ana Arabia

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Siam Hassam, épouse d’un Arabe et convertie à l’islam, est morte. Dans son quartier qui jouxte Tel-Aviv et où les communautés juive et musulmane vivent depuis des décennies dans des ruelles séparées, une toute jeune journaliste interroge sa famille. En un seul plan-séquence de 81 minutes, qui se termine sur un panoramique à la grue embrassant la ville, Amos Gitaï parle de paix, de générations, d’amour et de pardon. L’intention cinématographique est saisissante, comme pour dire que tout est possible avec la volonté, la force du collectif.