Titre original Better Things
Date de sortie 21 janvier 2009
Réalisé par Duane Hopkins
Avec Freddie Cunliffe , Mike RANDLEMAN
Scénariste(s) Duane Hopkins
Distributeur Memento Distribution
Année de production 2009
Pays de production GB
Producteurs Christopher COLLINS LEE
Genre Drame

Synopsis

Une petite communauté rurale en Angleterre, aujourd’hui. Gail vit seule aux côtés de sa grand-mère. Elles tentent de se rapprocher l’une de l’autre afin de briser leur isolement. Rob, adolescent renfermé, ne se remet pas de la mort de sa petite amie et se réfugie dans la drogue. Après plus de soixante ans de vie commune, Mr et Mme Galdwin traversent une crise conjugale. Toujours amoureuse de son mari, Mrs Gladwin essaie de renouer le contact. Jeunes ou vieux, les protagonistes de Better Things font l’expérience de l’engagement sentimental et de la difficulté d’aimer. Chacun cherche sa voie gérant au mieux ses peurs et ses doutes face à l’avenir.

Offres VOD de Better Things

ARTE FRANCE ARTE FRANCE 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
Cinemasalademande SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Critiques de Better Things

  1. Première
    par Didier Roth-Bettoni

    Ce n’est jamais facile de filmer l’ennui, de montrer le vide de vies sans objet, de donner à ressentir ce sentiment de déréliction générale que capte ici, avec beaucoup de finesse, Duane Hopkins. Peut-être est-ce parce qu’il est également photographe – donc habitué à ce que ses clichés livrent leur sens par la seule grâce de ses cadrages – que ce jeune cinéaste, qui signe son premier long métrage, y parvient aussi bien. Exercice de style assez radical, Better Things ne s’embarrasse donc pas de psychologie ni des données sociales si chères aux grands maîtres du cinéma britannique (Ken Loach ou Mike Leigh) pour parler de la solitude, de l’absence d’espoir et des tentatives pour fuir le réel qui caractérisent ses personnages. Ados confrontés à la drogue ou vieil homme côtoyant la mort, tous se ressemblent, et leurs absences d’illusions
    se répondent dans ce récit d’autant plus désespéré qu’il s’inscrit non dans un paysage urbain sinistré mais dans la luxuriante campagne anglaise.