Date de sortie 21 février 2018
Durée 92 mn
Réalisé par Raja Amari
Avec Hiam Abbass , Sara Hanachi , Salim Kechiouche
Scénariste(s) Raja Amari
Distributeur Paname Distribution
Année de production 2016
Pays de production France, TUNISIE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

À son arrivée en France, Samia est hébergée chez Imed, un ami de son frère. Alors qu’elle cherche à trouver son indépendance et sa liberté, elle rencontre Madame Bertaud, une femme aisée récemment veuve qui l’embauche pour faire un peu d’ordre dans ses affaires. L’une envers l’autre, les deux femmes vont trouver le soutien qui leur manquait et se rapprocher. Cette relation ambigüe va troubler Imed, déchiré entre son orthodoxie religieuse et son désir de liberté

Offres VOD de Corps étranger

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 5.99  € Acheter
VIVA HD VIVA 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Cinemasalademande SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Toutes les séances de Corps étranger

Photos de Corps étranger

Critiques de Corps étranger

  1. Première
    par Thierry Chèze

    La réalisatrice du Satin rouge raconte l’histoire d’une jeune Tunisienne qui a fui clandestinement son pays pour la France avec une épée de Damoclès sur sa tête : la possible vengeance de son frère islamiste qui s'est retrouvé en prison après qu'elle l'a dénoncé. A Paris, elle trouve refuge chez une connaissance de son village, installé dans la capitale où il travaille comme serveur puis chez une veuve qui va l'engager pour mettre de l'ordre dans les affaires de son mari défunt. Co-écrit par Jacques Fieschi (Nelly et Mr Arnaud), Corps étranger est un pur film d'atmosphère qui transcende la simple analyse sociétale. Le tout porté par un trio de personnages aux liens aussi troubles que troublants qu’une scène de danse sensuelle à trois suffit à résumer. Entre désir et peur de briser des interdits, les lèvres et les corps s'approchent, jouent avec le feu sans jamais totalement se brûler. Pour incarner ces personnages bouillonnants de l'intérieur, il fallait un trio aussi à l'aise dans la douceur que la douleur, la sensualité que la dureté. Hiam Abbass, Salim Kechiouche et Sarra Hanachi répondent brillamment à ces critères. Mais ils ne font qu’insuffisamment oublier les quelques coups de mou du récit, conséquence inévitable de cette volonté de suggérer et de vagabonder plutôt que de clamer et dénoncer.