Toutes les critiques de L'Envolée

Les critiques de Première

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    La réalisatrice britannique Eva Riley avait présenté en compétition au Festival de Cannes 2015 un court- métrage intitulé Patriot. Elle y racontait la trajectoire d’une jeune fille qui, au contact d’un garçon faisant irruption dans sa vie, allait voir son existence bouleversée. Pour son premier long-métrage, elle choisit le même itinéraire. Leigh, 14 ans, vit dans la banlieue de Brighton. Un jour débarque son demi-frère au passé trouble. D’abord prudente, Leigh va délaisser sa routine et son concours de gymnastique, pour suivre les faits et gestes de ce nouveau modèle. Si le récit de L’Envolée ne brille pas par son originalité, Eva Riley parvient à se mettre à hauteur de sa jeune héroïne. A travers les yeux de cette adolescente, le monde pourtant chaotique, se réinvente. On pense au magnifique 90’s de Jonah Hill qui serait passé entre les mains d’Andrea Arnold. Curieux donc.