Toutes les critiques de La Tête haute

Les critiques de Première

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Des mains, des jambes, des voix, des cris. Où sommes-nous ? Dans la première séquence, filmée à hauteur d’enfant dans le bureau d’une juge, une mère indigne abandonne sa progéniture. Emmanuelle Bercot situe là les enjeux de son film qui va suivre de A (pour Adolescent) à Z (pour Zéro pointé) le parcours d’un exclus du système – familial, social, scolaire. À la façon de Loach ou des Dardenne, la réalisatrice enferme son personnage dans une sorte de fatalité terrible dont les personnages féminins sont les clés qui ouvrent ou ferment les issues. Malony doit choisir entre une mère toxique et une juge pragmatique, entre la mère-fantasme et l’amoureuse sincère. Une erreur d’appréciation et les compteurs de bonne conduite sont remis à zéro. Et puis il y a l’éducateur, figure paternelle évidente contre laquelle Malony lutte sans raison, juste parce qu’elle représente une insupportable absence. À l’instar du héros, La Tête haute se cogne contre les murs, sample ses propres scènes de punition-rédemption jusqu’à l’écoeurement. On se demande si la lumière viendra. La lueur en tout cas est apportée par Rod Paradot : avec sa mine renfrognée et sa violence rentrée, il débarque par effraction dans le cinéma français. L’un des plus beaux braquages de l’année.

Les critiques de la Presse

  1. StudioCiné Live
    par Sandra Benedetti

    Les tendresses de cette magnifique eau-forte tiennent à ces instants suspendus qui laissent K-O debout (...) Et à la furie blessée du stupéfiant Rod Paradot, diamant brut entre les doigts d'une orfèvre. Un acteur est né. Une grande dame de cinéma aussi.

  2. Metro
    par Marilyne Letertre

    La justesse et la force du scénario n'ont d'égales que celles de l'interprétation. Benoît Magimel retrouve son jeu, Catherine Deneuve incarne la juge avec le brio qu'on lui connaît et Rod Paradot s'impose comme un espoir du cinéma français.

  3. 20 Minutes
    par Stéphane Leblanc

    Rod Paradot se révèle éblouissant en adolescent avec de la dynamite dans le sang.

  4. Gala
    par Carlos Gomez

    Le film qui ouvre le Festi­val offre une obser­va­tion si fine de l’uni­vers dans lequel se fait la justice et l’édu­ca­tion aujourd’­hui en France, qu’on l’ima­gine susci­ter des voca­tions.

  5. Les Echos
    par Annie Coppermann

    Mais tout d’un plaidoyer exemplaire, sobre et vibrant, en faveur d’une justice souvent décriée et montrée ici dans toute son… humanité. Un film à voir par ceux qui dénoncent parfois trop vite "le laxisme" des tribunaux.

  6. Les Echos
    par Thierry Gandillot

    Un film coup-de-poing, exigeant, âpre, ancré dans la réalité sociale. (...) La première scène est brillante, simple et bouleversante. La dernière est bouleversante, simple et brillante.

  7. Paris Match
    par Alain Spira

    Aussi tendu, exacerbé et poignant que "Mommy" de Xavier Dolan, aussi réaliste et percutant que "Polisse" de Maïwenn, "La tête haute" est à la fois un coup de poing et un coup de cœur.

  8. A nous Paris
    par La rédaction d' A nous Paris

    Cette œuvre tendue n’est pas toujours sympathique en raison de son personnage principal irrécupérable, mais elle a le mérite de montrer la vraie vie au public du Festival de Cannes, où ce beau film à fleur de peau fera l’ouverture.

  9. Télérama
    par Louis Guichard

    Emmanuelle Bercot préfère gommer la nuance sombre, au diapason d'un cinéma français qui a très peur de plomber le moral du public. Au moins parvient-elle à préserver ainsi une qualité indéniable du film : son énergie, son élan.

  10. Rolling Stone
    par La rédaction de Rolling Stone

    Réalisée par Emmanuelle Bercot, avec en tete d’affiche, Catherine Deneuve, Benoît Magimel et l’excellent Rod Paradot, qui se veut être la révélation de l’année.

  11. Nouvel Obs
    par Pascal Mérigeau

    Un beau film un peu trop long, à l’image d’un dernier plan dont la banalité et le vide rendent la durée incompréhensible.

  12. L'Express
    par Eric Libiot

    Son film est à la fois émouvant et sec, violent et amoureux, social et charnel. Il faut dire que, rayon comédiens, il y a de la pâte à choux dans la perceuse.

  13. Culture box by france Tv
    par Jacky Bornet

    Un petit resserrage ne ferait pas de mal à ce film sensible, sous tension constante, violent et passionnant.

  14. Direct Matin
    par La rédaction de Direct Matin

    Sa mise en scène fait la part belle aux plans "de bureau" et se concentre sur les confrontations entre l’adolescent et les différents représentants des institutions. Un parti pris qui met en valeur le jeu pénétrant des comédiens Catherine Deneuve, Benoît Magimel et du jeune Rod Paradot. 

  15. Cinenews.be
    par Jérémy Troosters

    Brillamment écrit et réalisé, "La tête haute" trouve le juste équilibre entre réflexion et émotion pour aborder ce passionnant sujet de société.

  16. Le JDD
    par Press du JDD

    Avec des accents du documentaire pour la véracité du ton et la force de la fiction pour la puissance du jeu de ses personnages, on a, nous aussi, le cœur qui bat pour ce film grave, dur, et plein d’espoir.

  17. Slate
    par Jean-Michel Frodon

    Au fil d’embardées successives, Malony s’améliore et rechute –cela pourrait être lassant, ou le rendre irrémédiablement odieux: ni l’un ni l’autre, tant il est filmé avec ce mélange d’attention précise et de sensibilité qui fait la réussite du film.

  18. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    La maîtrise d’un genre – le mélodrame – et l’intensité que lui insufflent réalisatrice et acteurs, donnent à "La Tête haute" toutes les chances d’impressionner, d’émouvoir.

  19. Critikat.com
    par Théo Ribeton

    "La Tête haute" a de la tenue, de la chair, enchaînant sans sourciller des scènes sous haute tension, qui ne laissent jamais le film s’attiédir.

  20. Libération
    par La rédaction de Libération

    Le film est fatigant parce qu’il est à l’image de tout ce qui ne va pas dans l’époque, ses raccourcis vulgaires, sa croyance dans les clichés, son brouillage physique et cérébral de tout ce qui permet à un moment donné de se poser et de réfléchir.

  21. Les Inrocks
    par Serge Kaganski

    Malgré l’excellence de son casting et quelques scènes saisissantes, "La Tête haute" laisse un sentiment dominant de Pialat lyophilisé, de diet Kechiche, de Dardenne de contrefaçon.

  22. TLC - Toute la Culture
    par La redaction de TLC

    Lent, lancinant, appuyé dans sa forme comme dans son propos, "La tête haute"tlc
    est, à l’image de son titre, à la fois digne et lourd.