Mank
Netflix

Ce sont surtout ses acteurs (Gary Oldman, Amanda Seyfried, Charles Dance) et le scénariste de Citizen Kane, Herman J. Mankiewicz, qui sont mis en avant ici.

Netflix vient de dévoiler l’affiche de Mank, une peinture en noir et blanc -comme le film- où l’on voit Gary Oldman dans la peau de Herman J. Mankiewicz, le scénariste de Citizen Kane. Debout sur la table d’un fastueux banquet, il lève son verre, trinquant à la santé de… lui-même ? De son hôte, William Randolph Hearst (joué par Charles Dance), magnat de la presse qui organisait de grandes fêtes à Hollywood dans les années 1930 et a inspiré le héros du film d’Orson Welles ? Du réalisateur, pour qui il a justement écrit ce film considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du cinéma ? Des spectateurs ? En tout cas, cette affiche au design original est remplie d’éléments clés de l’histoire de Mankiewicz, qui apparaît joyeux ici, mais dont le comportement outre, amuse ou inquiète visiblement les autres convives. Auteur talentueux, il souffrait cependant d’une grave addiction à l’alcool, et cette thématique sera bien au cœur du film de David Fincher.

 

Affiche de Mank (2020)
Netflix

 

Gary Oldman (qui n’a jamais autant ressemblé à Jack Nicholson !) est entouré des personnages clés du film, incarnés par Amanda Seyfried et Lily Collins, entre autres, et si les noms des comédiens sont bien lisibles, tout comme celui de Netflix, qui diffusera ce film sur sa plateforme à partir du 4 décembre, c’est surtout celui de Mank qui est au centre de ce visuel. Pour trouver celui du réalisateur David Fincher, par contre, il faut zoomer tout en bas à droite. Pourquoi ne pas miser davantage sur la mention du réalisateur de Seven, Fight Club, Gone Girl ou encore de la série Mindhunter, justement diffusée sur la même plateforme ? Peut-être pour respecter la démarche du film de mettre en avant le scénariste méconnu de l’œuvre (Mank pour Citizen Kane) et non son célèbre metteur en scène (Orson Welles) ? Ceci dit, le nom du scénariste de Mank, qui n’est autre que le père du réalisateur, Jack Fincher, est lui aussi écrit en tout petit…

Sept choses à savoir sur Mank, le nouveau David Fincher

D’ailleurs, quand on remonte le fil de sa carrière, il s’avère que le nom du cinéaste apparaît très peu sur les posters de ses films. S’il est célèbre pour superviser leur promotion, validant notamment les bandes-annonces et éditions DVD/Blu-ray de ses œuvres pour mieux intriguer, surprendre et amuser le public, Fincher s’efface sur ses affiches, laissant la place à ses acteurs ou à un concept (les 7 péchés capitaux pour Seven, la typographie de Facebook pour The Social Network etc). Son nom est ainsi visible sur quelques posters, mais il est surtout défini comme "le réalisateur de Seven" pour promouvoir The Game ou Zodiac, par exemple, ou n'apparaît qu'au sein de la liste des créateurs du film en question, en bas du visuel.

Affiche de Gone Girl (2014)
Twentieth Century Fox France
Affiche de The Social Network (2010)
Columbia Pictures
Affiche de Millenium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (2011)
Sony
Affiche de L'étrange histoire de Benjamin Button (2008)
Warner Bros
Affiche de Zodiac (2007)
Warner Bros.
Affiche de Panic Room (2002)
Columbia Pictures
Affiche de Fight Club (1998)
PRODUCTION / 20TH CENTURY FOX
Affiche de The Game (1997)
PolyGram Filmed Entertainment
Affiche de Seven (1995)
New Line
Affiche d'Alien 3 (1992)
20th Century Fox

Affiche de Gone Girl (2014)

Affiche de The Social Network (2010)

Affiche de Millenium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (2011)

Affiche de L'étrange histoire de Benjamin Button (2008)

Affiche de Zodiac (2007)

Affiche de Panic Room (2002)

Affiche de Fight Club (1998)

Affiche de The Game (1997)

Affiche de Seven (1995)

Affiche d'Alien 3 (1992)

Aaron Sorkin : "Mank est à couper le souffle, même selon les standards de David Fincher"

Cette belle affiche de Mank a été conçue par l’artiste Anna Park, connue pour ses œuvres sur la déformation des corps (son Instagram est ici). En attendant la bande-annonce du film, prévue dans quelques heures, on continue à l’analyser dans les moindres détails.