Date de sortie 30 septembre 2020
Durée 92 mn
Réalisé par James Erskine
Distributeur L'Atelier Distribution
Année de production 2019
Pays de production Grande-Bretagne
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

BILLIE HOLIDAY est l'une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis.

A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l'artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l'ont arrêtée....Mais le livre de Linda n'a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites … jusqu'à présent.

BILLIE est l'histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady telle qu’elle était.

Offres VOD de Billie

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Billie

Dernières News sur Billie

Box-office parisien : Mon cousin démarre en tête

Josep suit dans le top des premières séances, qui compte 16 nouveautés ce mercredi.

Billie - James Erskine : "Mon film est comme un film noir"

La chanteuse Billie Holiday racontée par le réalisateur du documentaire Billie.

Photos de Billie

GALERIE
Don Peterson
GALERIE
Temple University Libraries
GALERIE
Getty Images
GALERIE
Popsie
GALERIE
Don Peterson
GALERIE
Temple University Libraries
GALERIE
Getty Images
GALERIE
Popsie
AFFICHE
L'Atelier Distribution / Mediawan Rights
GALERIE
Don Peterson
GALERIE
Temple University Libraries
GALERIE
Getty Images
GALERIE
Popsie
AFFICHE
L'Atelier Distribution / Mediawan Rights
GALERIE
Don Peterson
GALERIE
Temple University Libraries
GALERIE
Getty Images
GALERIE
Popsie
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie, affiche

Billie, affiche

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie, affiche

Billie, affiche

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday, en 1939

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Billie Holiday

Critiques de Billie

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Elle s’appelait Eleanora Harris Fagan. Mais c’est sous le nom de Billie Holiday qu’elle a par sa voix écrit quelques-unes des plus grandes pages de l’histoire du jazz. Avec Billie, James Erskine ambitionne de résumer son œuvre impressionnante et sa vie mouvementée en 98 minutes. Et ce n’est pas la moindre de ses gageures ! Car, en lieu et place d’une biographie classique, de sa naissance en 1915 à sa disparition à seulement 44 ans, le réalisateur choisit un récit sortant des sentiers battus. Où il se fait télescoper l’histoire de la chanteuse avec celle de Lipnack Kuehl, une journaliste qui avait enquêté sur elle pour une biographie qu’elle n’a pas eu le temps d’achever avant de mourir dans des circonstances mystérieuses. Billie mêle donc images d’archives (restaurées et colorisées) de la chanteuse et témoignages sonores (Count Basie, Charlie Mingus, les avocats, les agents du FBI et les proxénètes de la diva du jazz…) d’une valeur inestimable recueillis par Kuehl. Ce documentaire rappelle que derrière la chanteuse culte, il y a une vie à la fois cabossée (viol dans sa pré-adolescence, drogues…) et engagée (sa chanson Strange Fruit, censurée par de nombreuses radios, est devenue au fil du temps l’hymne de la lutte pour l’égalité des Noirs américains). Mais il raconte aussi comment, en cherchant à retracer sa vie, Lipnack Kuehl a fini par perdre la sienne. Sur le papier, le geste peut paraître aussi capillotracté que confus. Mais la manière subtile dont Erskine joue avec les archives comme d’un puzzle, dont on sait qu’il restera toujours des pièces cachées, emporte le morceau.