Zodiac : David Fincher revient sur sa relation tendue avec Jake Gyllenhaal
Abaca

"Je ne veux pas m'excuser pour mon comportement", explique le réalisateur.

Si son rôle de dessinateur obsédé par une enquête criminelle dans Zodiac est l'un des plus marquants de la carrière de Jake Gyllenhaal, on ne peut pas dire que le tournage fut de tout repos pour le comédien, qui, dès 2007, a critiqué la direction de David Fincher, célèbre pour ses multiples prises. Jugeant cette façon de travailler "douloureuse", l'acteur a fait part de ses souffrances sur le plateau, et n'a plus voulu collaborer avec le réalisateur par la suite. En pleine promotion de Mank, celui-ci reconnaît auprès du New York Times avoir dû demander à Gyllenhaal de jouer et rejouer ses scènes, car il le trouvait "trop distrait".

"Jake était dans une position pas vraiment enviable à l'époque : c'était un jeune homme à qui les gens prêtaient beaucoup d'attention, et qui travaillait pour quelqu'un qui n'autorise pas de jour de pause, détaille-t-il. Je pense qu'il faut se concentrer sur ce qu'on a dans notre champ de vision, mais je crois que personne ne lui avait jamais demandé avant moi d'être aussi minutieux. Il était beaucoup trop distrait. On murmurait alors que Jarhead allait être un tremplin pour sa carrière, que grâce à ce film il allait changer de 'league'... alors tous les week-end, on lui demandait d'aller à un festival : à Santa Barbara, à Palm Springs, à Catalina... Quand il revenait bosser, son esprit était ailleurs, il était dispersé."

Guillermo del Toro analyse Zodiac, son Fincher préféré

David Fincher affirme qu'ils se sont depuis expliqué et que Jake Gyllenhaal s'est même excusé. Il reconnaît aussi être un réalisateur "difficile" : "Je ne veux pas m'excuser pour mon comportement. Je peux parfaitement entrer en confrontation avec quelqu'un si je le vois se relâcher. Ca arrive à tout le monde de devoir se montrer dur. Je le suis. Alors j'essaie d'avoir de la compassion, mais en même temps, un tournage, c'est : Quatre. Cent. Mille. Dollars. La journée. On n'a qu'une chance, on ne peut pas se permettre de revenir le lendemain pour refaire la scène."

Interviewé à ce sujet par Première, en 2015, Jake semblait avoir tiré des leçons de cette expérience : "Fincher… Je crois vraiment que je serais plus heureux si je travaillais avec lui aujourd’hui. J’avais, quoi, 25 ans ? Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. J’aurais du me laisser porter par sa vision, plutôt que d’essayer d’y résister. Aujourd’hui, je me laisserais faire. Vous savez,  je ne cherche pas systématiquement à imposer mes choix au metteur en scène…"

Jake Gyllenhaal : "Je veux m'immerger dans mes rôles, ne plus faire que ça"

David Fincher évoque plus généralement ses tournages, et plus le cas de Jake Gyllenhaal en particulier. Celui de Mank a d'ailleurs demandé de nombreuses prises aux comédiens, épuisant notamment Gary Oldman, qui tient le rôle principal, et Amanda Seyfried, qui a révélé avoir dû rejouer 200 fois la même prise ! "Je le répète aux acteurs tout le temps : je ne suis pas là pour couper votre gueule de bois, la mort de votre chien, le fait que vous ayez viré votre agent ou que ce soit lui qui ait décidé de vous virer, insiste le cinéaste. Une fois sur le plateau, la seule chose qui m'importe, c'est : 'Est-ce qu'on a bien raconté cette histoire ?'"

Bande-annonce de Mank, qui sortira le 4 décembre sur Netflix :

Mank : David Fincher a épuisé le casting avec jusqu'à 100 prises pour certaines scènes