Titre original Krotkaya
Date de sortie 16 août 2017
Durée 143 mn
Réalisé par Sergei Loznitsa
Avec Vasilina Makovtseva , Marina Kleshcheva , Lia Akhedzhakova
Scénariste(s) Sergei Loznitsa
Année de production 2017
Pays de production UKRAINE, France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

En Russie, une femme reçoit un jour par retour de courrier un colis qu'elle avait envoyé à son mari, qui purge une longue peine de prison. Après avoir tenté, sans grand succès, d'obtenir une explication auprès des services de la poste, elle n'a pas d'autre choix que de se rendre à la prison, pour tenter de délivrer le colis elle-même. Pour elle, c'est le début d'un long et éreintant voyage à travers le pays, avant d'affronter l'administration pénitentiaire...

Offres VOD de Une femme douce

UniversCiné SD HD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 9.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 4.99 € Louer 13.99  € Acheter

Toutes les séances de Une femme douce

Dernières News sur Une femme douce

Celles qui chantent [critique]

Ce programme est composé de quatre court-métrages réalisés pour la 3e Scène de l’Opéra national de Paris. Parmi ces films, un inédit de Sergei Loznitsa et de Jafar Panahi.

Photos de Une femme douce

Casting de Une femme douce

Vasilina Makovtseva
une femme douce
Marina Kleshcheva
la femme compatissante
Lia Akhedzhakova
la militante des droits de l'homme
Boris Kamorzin
l'homme au bras dans le plâtre

Critiques de Une femme douce

  1. Première
    par Guillaume Bonnet

    Longtemps, très longtemps, on suit une femme silencieuse, inerte, témoin quasi muet ballotée dans une virée carnavalesque sidérante au fin fond d’une Russie faussement naturaliste. On lui a retourné le colis de nourriture et de vêtements qu’elle avait pris la peine d’envoyer à son mari en prison. Elle est têtue, elle voudrait comprendre, mais personne ne se donne la peine de lui répondre. « Contraire au règlement ». « Faites une réclamation ». « Je ne suis pas un service de renseignement ». « Vous pensez peut-être que vous êtes la seule à avoir des problèmes ? » Dans un bus, à la poste, dans un panier à salade, dans un hall de gare, dans un bar glauque, dans un commissariat, dans une réunion de freaks slaves ivres morts jouant à se foutre à poil, notre héroïne se tait, observe, subit, abusée par tous ceux qui l’entourent, l’ignorent, l’insultent, la menacent, lui hurlent ou lui pissent dessus. Comme si un pays tout entier déversait par tombereaux son aigreur bileuse sur sa pauvre tête. Elle passe d’un guichet au suivant, d’un dysfonctionnement à l’autre, d’une injustice crasse à une violente indifférence sans broncher, parce qu’elle a l’habitude et qu’elle n’a pas le choix.

    Au-delà de l’absurde

    L’Ukrainien Sergei Loznitsa est ici à la frontière habituelle de son style : là où vrai-faux naturalisme et documentaire mental (documental ?) débouchent sur ce que les buveurs russes appellent leur « âme », cet endroit au-delà de l’absurde, de l’ivresse et de la raison – au-delà du réel. La femme douce ne bouge pas, ni ne cède, ni ne rompt, dans l’œil d’une toupie qui dessine les cercles d’un Enfer très russe (traces de Gogol ou Dostoïevski, dont le film se veut une lointaine adaptation, impact récent de la Prix Nobel Svetlana Alexievitch) mais qui doit aussi beaucoup à Kafka revu par David Lynch. Lorsque l’héroïne se retrouve embarquée en carrosse dans un banquet XIXème siècle, où tous les personnages du film se lancent un à un dans des toasts en l’honneur de la Russie éternelle et de l’humanité, alors on sait que la ronde vertigineuse des deux derniers siècles du « grand pays » a fini par l’emporter, sans espoir de retour. Car si la femme est douce, la folie russe, elle, est furieuse.